Trois conseils qui mettront vos enfants ko !

Je vais commencer mon article en parlant du précieux trésor qui partage ma vie depuis un peu plus de 4 ans maintenant : mon fils. Mon bébé

Notre relation conflictuelle date depuis le tout début alors que je tombe enceinte dans une période d’eau trouble. J’ai perdu mes repères et l’idée d’être maman est déstabilisante pour moi, alors je nie l’affaire et le bonhomme me le fait payer pendant 8 mois par des malaises sans interruption. Cet état débouchera sur une naissance prématurée d’une boule d’amour de 1,9 kg qui requiert désormais mon attention totale, 24h/24. Ce débordement d’attention sera accentué par des grosses amygdales et des végétations qui lui donnait des apnées du sommeil. En d’autres termes, il dormait très peu la nuit et vous l’avez deviné…MOI AUSSI. Comme dans une séance des alcooliques anonymes je veux l’avouer : je suis maman et mon fils ne fait pas ses nuits à 4 ans!

Heureusement tout ça c’est du passé, une belle opération et me voici réconciliée avec le sommeil…Quoique 🙂

La manipulation enfantine peut sembler inoffensive mais elle crée des dégâts inimaginables. Nos petits anges, sont en effet doués d’une antenne spéciale leur permettant de détecter nos failles et d’appuyer dessus.  Ils savent se transformer en petits démons. Dis-moi si tu es parent et je te dirai si tu connais le sens du mot PATIENCE.

 

View image | gettyimages.com

 

—> Il sait que vous avez les pleurs en horreur, il vous le servira sur un grand plat chaque fois que l’occasion se présente en espérant ainsi obtenir l’objet de son caprice.

—> Elle sait que vous avez un problème avec votre image, elle déclenchera une crise juste en plein devant la foule sachant que pour l’arrêter vous allez lui acheter ce qu’elle demande.

Je n’ai pas besoin de multiplier les exemples si vous êtes parents, vous savez de quoi je parle.

Comment y remédier ?

Soyez fermes, soyez patients, soyez love et tout marchera pour le mieux. Explorons nos 3 possibilités.

1. L’ignorance:

 

View image | gettyimages.com

Les débuts seront difficiles car vous aurez le coeur serré de le voir pleurer ou alors vous vous sentirez coupable  face à des personnes moralisatrices qui vous donneront des leçons sur la manière d’éduquer votre enfant.

N’ayez cure et suivez votre instinct de parent. Etre parent, c’est comme se marier, le mode d’emploi n’est jamais le même.

Il s’agit d’une démonstration de force, votre enfant a décelé votre point faible et tant qu’il saura que c’est un problème pour vous, il continuera d’appuyer là où ça fait mal.

Acceptez le laps de temps « d’humiliation enfantine ». Voyant que le tour de magie ne fonctionne plus il se lassera et passera à autre chose.

C’est une guerre de nerf, ne lâchez surtout pas, un petit moment de faiblesse et il en profitera pour s’infiltrer à nouveau dans votre zone de confort.

2.L’affrontement :

 

View image | gettyimages.com

Mettez votre enfant face à ses responsabilités et dites -lui bien que vous comprenez sa douleur mais que vous refusez de la porter avec vous.

Vous pouvez par exemple l’envoyer dans sa chambre pleurer et discuter avec lui une fois la crise finie.

Comme dans le premier conseil, il s’agit d’ une lutte d’opinion, il a l’intention de vous assujettir de faire de vous son esclave, vous devez bien lui montrer que c’est VOUS le parent et que c’est vous qui décidez. Évitez par exemple de céder aux petites choses comme  » Maman on rentre »,  » Papa, je veux une nouvelle voiture » ou alors ses « NON » répétitifs à vos ordres.

Recadrez-le, mais autant que possible, faites-le sans cris. Les cris et l’exaspération nourrissent leur égo, ils se disent: » Maman et papa craquent, je vais  insister encore ».

Affrontez votre enfant, vous êtes l’adulte, vous ne devez pas vous laisser mener au bâton par votre enfant. Si les rôles s’étaient inversés, reprenez le contrôle.

3. L’attention :

 

View image | gettyimages.com

Une chose est certaine, si votre petit amour fait autant de mains et de pieds pour vous taper sur les nerfs, c’est qu’il veut attirer votre attention.

Prenez donc du temps pour être avec lui et partager des moments privilégiés ensemble. Une fois que c’est fait, fixez des limites et faites lui comprendre que vous avez aussi besoin d’espace pour mieux l’aimer et gérer le quotidien. Vous n’avez pas à porter son sac, à faire ses devoirs où à mettre votre vie entre parenthèses parce que vous êtes parents. Vous avez le droit d’être un homme ou une femme à part différent de votre role de père ou de mère.

Une fois par semaine, autant que c’est possible, engagez une nounou ou laissez vos enfants chez vos parents et profitez de ces moments seuls pour vivre hors de votre rôle. Oubliez-les le temps d’un instant et passez une agréable soirée.

Voilà, desperate maman vous donnant quelques formules pour être plus malin que ces genies d’une autre ère: nos enfants !

View image | gettyimages.com

Et vous, quel est votre secret ?

2 Comments

  1. Dassy Agathe

    Moi je lâche prise à chaque instant même avec mes élèves étant donné que je suis dans le domaine de la petite enfance je connais bien ces petits anges et démons à la fois je les aime mais je prends surtout du temps pour moi c est très important

    1. Tatiana

      Merci pour le conseil…C’est vous l’experte !

Les commentaires sont fermés.