Transformer sa colère en énergie positive

Alors que je faisais mon bilan annuel, j’en suis venu à la conclusion que j’ai déployé beaucoup trop d’énergie en 2014 et comme beaucoup d’entre nous, je suis entré dans l’année 2015 vidée et essoufflée mais aussi satisfaite et contente des challenges que j’ai pu relever.

Quand j’ai lu que le thème débattu ce mois par À la croisée des blogs était Gérer son énergie, organisé ce mois-ci par Julien du blog Un monde pour les introvertis, la première idée qui m’est venu à l’esprit a été : « Que d’énergie gaspillée en cette année ma belle ! » Le présent article est rédigé dans le cadre de cet événement.

L’année dernière, je me suis laissé entraîner dans un partenariat qui ne m’a pas été bénéfique. De par mon expérience professionnelle, j’ai été consciente dès le début que je faisais une erreur mais je me suis entêtée. Il était qualifié et j’étais trop paresseuse pour mettre fin à un contrat qui m’apportait pourtant, plus de soucis que d’avantages.

Mon partenaire traînait avec lui une telle colère et une telle frustration que cela se ressentait dans nos affaires, au départ, j’ai joué ma coach et je lui ai donné quelques conseils utiles pour améliorer son attitude et canaliser sa colère. Cela a marché pendant un moment mais les vieux démons sont revenus à la charge. Il devenait de plus en plus agressif et violent mettant mal à l’aise toute l’équipe de travail. Il avait besoin d’un psy pas d’un coach.

Son impact a été encore plus grand sur ma personne. Le contact quotidien avec lui, a réveillé le lion endormi en moi. Je me suis mise à parler son langage, à ses cris, je répondais par des cris encore plus fort, à ses mots durs, je répondais par des mots encore plus durs. J’étais devenu nerveuse et hystérique.

Un jour, mon assistant, beaucoup plus jeune que nous, nous a remis à l’ordre, en public. Son autorité était presque insolente, on aurait dit un père qui s’adressait à ses enfants. Ce fut le déclic. Je me suis tu. J’ai compris qu’il fallait AGIR, j’avais traversé la ligne rouge progressivement sans m’en rendre compte.

Pourquoi je parle de cette histoire ? Parce que sur le chemin de la colère, j’ai réalisé que je perdais jour après jour mon énergie et les excès de colère m’épuisaient énormément, il m’a fallu trouver une solution pour transformer ma colère en énergie positive. Je donnerai donc ici des astuces qui sont celles que j’ai expérimentées moi-même.

Tout d’abord parlons de l’énergie négative (la colère).

Être en colère c’est exprimer un état lattent de frustration, c’est réagir face à une impression d’agression à son endroit. Se mettre en colère monopolise tout votre être : accélération de votre rythme cardiaque et de votre respiration, utilisation excessive de votre voix, augmentation de la tension artérielle, stress. Une colère répétitive et mal gérée pourrait entraîner une belle série de maladies cardio-vasculaires, névralgiques, musculaires, digestives, dermatologiques… Bref être en colère ce n’est pas bon pour vous. Comment y remédier ? Ici

La colère a cependant des aspects positifs que je voudrais relever ici :

– La Passion

– L’Adrénaline.

– L’Inspiration

J’ai donc décidé au lieu de me détruire et de détruire la vie des autres autour de moi d’être en PAI avec moi et avec les autres.

Comment être PAI?

1. La Passion. 

Quand on est en colère, on s’exprime avec une grande violence, même le plus timide hausse la voix. J’ai donc décidé d’exploiter cette violence pour travailler la passion latente en moi. J’ai utilisé pour cela une activité que j’aime exercer : le chant. J’ai pris des leçons, pendant quelque temps, avec un coach vocal qui m’apprenait comment respirer et contrôler ma voix. Je pouvais chanter avec beaucoup de force tout en restant dans le contrôle grâce à la respiration. Cet exercice m’a beaucoup aidé à me maîtriser. Je me suis sentie rééquilibrée.

Être en colère vous permet de réaliser que vous pouvez être passionné même si vous êtes timide. Vous pouvez notamment gérer cette énergie passionnelle par la RESPIRATION. Pour ce qui ne sont pas fan de chant comme moi, je vous conseille simplement de respirer. Apprenez à respirer. Écoutez votre respiration, sentez là, appréciez là. Vous en ressortirez régénéré. J’en parle dans un article précédent…

2. L’Adrénaline. 

Quand on est en colère le niveau d’adrénaline monte si haut qu’on pourrait déplacer une voiture à mains nues sans s’en rendre compte.

Je travaille mon adrénaline par le SPORT. J’aime courir et c’est un moment extrême où tout s’arrête. Je me sens seule au monde, forte, grande, invincible. La sueur part avec mes frustrations et chaque douleur ressentie par mon corps crée en moi un sentiment de dépassement. Je dois dépasser mes limites.

Pratiquez un SPORT, un sport qui vous motive, qui vous inspire, qui vous pousse au dépassement. Cet exercice renouvellera votre énergie, par la perte de nombreuses toxines et l’extraction de vos frustrations par l’effort. Un corps occupé c’est un temple sain pour l’inspiration.

3. L’Inspiration. 

Après l’explosion de la colère vient le calme plat qui peut être traduit par le remords, le regret, la satisfaction, la paix, la culpabilité. C’est un moment qui nous laisse généralement vidé et donc propice à la réflexion. Il en est de même pendant ou après l’exercice d’une activité sportive, le cerveau est régénéré et donc propice à de nouvelles idées. Je vous invite à la MÉDITATION.

Après la colère me sont souvent venues des idées de génie, seulement je dois avouer que c’est beaucoup trop épuisant d’être en colère et d’avoir à cracher sa frustration sur autrui. Je vous suggère donc à la place d’être en PAI avec vous-même et cela pourrait passer par :

– La Respiration.

– Le Sport.

– La Méditation.

Et bien sûr, tout le reste…

– Mangez équilibré.

– Évitez la compagnie des personnes négatives.

– Dormez.

– Détendez-vous et profitez de la vie !

J’espère que mon expérience vous aidera, quant à moi, je continue l’aventure de gestion d’énergie. Il m’arrive encore d’être en colère, je ne me soigne pas plus que ça, parce qu’au fond, c’est aussi bon pour le moral de ne rien garder à l’intérieur, crier c’est comme pleurer ça lave l’âme.

11 Comments

  1. Caroline

    Bonjour Tatiana,
    superbe article que je découvre via la croisée des blogs !
    J’adore ton « être en PAI », c’est très bien trouvé 🙂
    Au plaisir de te lire,
    Caroline

    1. Tatiana

      Merci Caroline. Vive la PAI 🙂

  2. Julien

    Bonjour Tatiana,
    Merci pour ta belle participation à la Croisée des blogs, et je découvre au passage ton blog avec plaisir !
    Ton apport est intéressant, canaliser la colère comme manière de gérer son énergie, la laisser s’exprimer comme l’expression d’une passion, la canaliser par une activité physique, le dépassement de soi, pour se recentrer ensuite sur son calme intérieur par des techniques de respiration, de méditation… merci et à bientôt !
    Julien

    1. Tatiana

      Wow Julien c’est tellement bien résumé! Merci pour le thème, il est tombé à pic pour commencer la nouvelle année plein d’énergie!

  3. Pingback: Gérer son énergie : sources, puits et flots d’énergies

  4. Gaelle Dobignard

    bonsoir Tatiana,

    J’ai parfois des moments de colère (face à certaines injustices de la vie, ou au non respect des autres de certains humains), que j’ai du mal à gérer (surtout lorsque cela touche directement mes animaux) ;
    je tâcherai de me rappeler de tes conseils lorsque cela se reproduira 😉
    Merci à toi de ce partage
    Gaëlle

    1. Tatiana

      Merci de ton passage.

  5. zeda-t

    Bonsoir Tatiana, c’est tres intéressant. Je suis partie courrir ce soir. Sur la route…je ne sais pas pourquoi…je me suis demandé si il était possible de transformer la tristesse, la colère, qui sont énergivores… en énergie positive. Je surf ce soir et je tombe sur votre blog ????. Voilà, c’est plutôt cool????

    1. Tatiana

      Pas de hasard dans la vie 🙂 Quand on a besoin de quelque chose ou de quelqu’un, il vient à nous…

  6. GUYZO

    merci de nous édifier de la sorte sur la gestion de notre colère. cependant, j’ai une question vous avez parlé du cri et des pleures qui lavent l’ame: qu’en est-il du rire?

    1. Tatiana

      Merci Guyzo pour votre commentaire. Vous avez entièrement raison, Le rire est le meilleur remède qui soit !!!

Les commentaires sont fermés.