Je me sens jugé.

« l’habit ne fait pas le moine mais on reconnait le moine par son habit ». Je ne sais plus trop quoi penser de ce proverbe. Il y a eu une période de ma vie où pour moi tout était noir ou blanc. Un monsieur en soutane ? C’est un prêtre. Une femme en tenue légère ? C’est une pute. Une personne arrogante ? Il se prend pour le centre du monde. Une mère qui abandonne son enfant ? C’est une mauvaise mère. Un mari qui trompe sa femme ? C’est un vrai salaud.

Qu’en est-il de la réalité ? Est-ce-que ce que l’on voit est toujours vrai ? Je voudrais revoir les mêmes exemples sous un autre angle.

Un Monsieur en soutane ? C’est un arnaqueur qui utilise la soutane pour soutirer de l’argent à des personnes émotionnellement fragiles. Une femme en tenue légère ? C’est une femme qui vient de se faire larguer par un homme qui lui a dit qu’elle était laide et qu’aucun homme ne pourra plus la regarder. Une personne arrogante ? C’est un homme que l’on a sans cesse rabaissé et qui se protège en agressant les autres. Une mère qui abandonne son enfant ? C’est une femme atteinte de baby blues qui a besoin de soutien et d’accompagnement pour se retrouver. Un mari qui trompe sa femme ? C’est un homme insatisfait de sa vie qui espère trouver dans les bras d’une autre le soutien qu’il ne trouve pas auprès de sa femme dépressive, acariâtre et perdue.

C’est fou ce que l’on s’arrête si facilement sur l’apparence et on est prompt à juger autrui.

J’ai rencontré à Dubai, des femmes en burka, fumeuses, alcooliques et menant une vie légère.

J’ai eu l’occasion de côtoyer de magnifiques jeunes femmes venant du Burundi. Elles fuyaient leur pays à la recherche d’une vie meilleure et échouaient dans les bars de Tanzanie. Mères d’enfants, ex femmes, grande soeur, fille unique, orpheline, divorcées…Toute une histoire derrière chacune de ces mini jupes.

#465920729 / gettyimages.com

J’ai eu l’occasion de côtoyer des hommes de Dieu, ayant fait voeu de fidélité envers Dieu, leurs femmes et l’église, être des clients assidus de ces jeunes femmes.

Les unes montrées du doigts, les autres adulés par les foules.

Qui est le plus coupable? La pute

ou le prêtre ?

J’aime bien la réponse de Jesus face aux pharisiens qui accusaient la femme adultère et voulaient la lapider pour son péché: « Que celui qui n’a jamais péché jette la première pierre. »

Je me suis senti moi même jugée plus d’une fois dans ma vie. Et Vous ?

J’ai failli être arrêtée dans une petite ville du Sénégal parce que je portais un jeans et que c’était une atteinte à la pudeur pour ces gens mais dans la même ville, les femmes se baladent les seins nus sans que cela ne pose un problème de pudeur.

J’ai vu le regard mauvais posé sur moi dans une fête indienne parce que je portais une tenue aux épaules dénudées, alors que la maitresse des lieux portait une tenue au ventre dénudé.

J’ai été traitée de pute parce que moi, la blacky, je marchais dans un pays africain avec des amis de couleur blanche.

J’ai été traité de nonne parce que je défendais des valeurs et refusais de me plier à un mode de vie qui ne me correspondait pas.

J’ai été respectée par mes tenues décentes dans certains milieux et critiquée dans les mêmes tenues dans d’autres milieux.

Avec des amies, on s’est vu refusées l’accès à un hôtel cinq étoiles. On était toutes des travailleuses ardues dans de bonnes boites de la place et ce soir là, on venait fêter l’anniversaire de notre amie en pompe. On s’était faites sexy juste par pur plaisir.

« Vous ne pouvez pas accéder au bar de l’hôtel sans homme à vos cotés.

– Pardon ?

– L’accès est interdit pour des femmes seules. »

Et un autre de renchérir :

« Ce sont des putes. »

Nous sillonnons la vie rempli d’a priori et de préjugés sur les autres et nous regardons la paille dans l’oeil de l’autre au lieu de regarder la poutre dans notre oeil. C’est un exercice épuisant et nullement bénéfique pour notre accroissement personnel.

Chaque être humain est Unique et chacun a en lui un beau potentiel, il y a du bon en chacun d’entre nous, il suffit juste qu’un regard bienveillant se pose sur l’autre et le méchant se transforme en gentil confère « Moi, moche et méchant ». Je rigole, mais c’est un bel exemple.

Et si vous aviez un regard différent du monde ? Et si vous regardiez l’autre, non pas comme il est, c’est-à-dire humain et imparfait, comme vous d’ailleurs, mais plutôt le regarder comme la magnifique personne qu’elle pourrait être. Ayez un regard sur autrui, non pas un regard de jugement mais un regard d’amour et de bienveillance.

Non l’habit ne fait pas le moine, je préfère m’arrêter à la première partie de la citation. Ne jugez jamais quelqu’un par son apparence. Sous des tenues légères se cachent dès fois des coeurs en or et  sous des masques de bienséance, des monstres d’égoisme.

Et d’ailleurs, pourquoi porter un jugement sur autrui ? Pourquoi ne pas porter un jugement sur soi et travailler tous les jours à être une meilleure personne ?

Qui êtes-vous d’ailleurs, le juge ou le coupable ?

La bonne nouvelle c’est que nous sommes tous coupables, alors pas besoin de faire le juge. 

#138711624 / gettyimages.com

Getty images:Tanya Little