Comment sortir du dictat de votre enfant?

C’est une question que je me suis posée depuis maintenant plus de 3ans que je subie celui de mon fils. Devenir parent c’est comme se marier, on ne vous donne pas de mode d’emploi et quand bien même quelqu’un vous donne ses conseils de 10ans et 4mioches plus tard, ce n’est jamais actualisé parce que chaque enfant vient avec sa spécificité et arrive à un moment particulier d’attente, d’accident ou de non désir.

Toujours est-il qu’il faut assumer et s’assurer que ces boules d’amour grandissent tout en équilibre pour ne pas fabriquer des cas sociaux ou à contrario des fils à papa.

Bon ce que je veux vous donner c’est ma recette personnelle acquise après plusieurs moments d’échecs, de colère noire, de frustration, de perte de patience et tout cela agrémenté d’un extrême stress. On les adore nos gamins mais il faut avouer que dès fois, ils se comportent comme de petits diables!

Partagez votre propre recette afin de venir au secours de parents qui n’en peuvent plus!

1. Rassurez votre enfant de votre amour.

Dès fois, un enfant a pour mission de vous pourrir la vie juste pour attirer votre attention ou parce qu’il ne se sent pas aimé. Non vos enfants ne sont pas pareils, celui-là aime les câlins, cet autre aime les cadeaux et ce dernier préfère passer du temps avec vous. Assurez-vous donc de parler le langage de votre enfant. je vous recommande cet excellent livre de Gary Chapman, Langages d’amour des enfants, un pur délice!!!

Langages d'amour

2. Fixez des limites.

Il est peut être important pour vous mais il ne doit pas être le centre de votre vie. Faites-lui bien comprendre que vous êtes maman mais pas seulement. Vous avez le droit à vos moments à vous, à vos loisirs, à vos moments avec votre conjoint. Ils sont peut-être petits mais croyez moi, ils comprennent bien ce que vous leur dites! C’est l’heure de votre yoga? Signifiez-lui bien que c’est un moment privé et que vous ne tolérerez aucune intrusion.

3. Faites-lui comprendre que vous n’êtes pas à son service 24h/24h.

Avant de le lui faire comprendre, vous devez le comprendre vous-même. Vous êtes peut-être maman mais vous n’êtes pas la boniche de votre enfant. Apprenez-le à faire les choses de lui même, il fini de manger, il doit nettoyer et débarrasser son assiette et cela même s’il vient à peine de commencer à manger. Il a fini la grosse commission, enseignez-lui à se nettoyer les fesses tout seul, laissez-le s’habiller, manger, prendre son bain…bien entendu sous votre supervision. Au départ, ce sera contraignant et fatigant de faire tout en double, mais croyez-moi cela en vaut la peine. Le plus tôt il apprends à être autonome, le plus tôt vous pourrez souffler.

4. Ne réagissez pas à des crises de colère-caprice.

Il commence sa série je pleure parce que je veux du chocolat! Restez zen et ne réagissez pas à ses pleurs. Expliquez-lui une fois pourquoi vous ne le lui donnez pas et passez à autre chose. Au départ, il vous sera difficile de voir votre enfant pleurer sans réagir et vous pourrez même passer pour la mauvaise mère, mais tenez bon! De peur de subir un de ces quatre la honte de votre vie au supermarché. A la limite, isolez-le dans un endroit où il pourra pleurer.

Tenez bon, il finira par se calmer. Un jour mon fils m’a fait une crise de pleur de 1h30, c’était un combat de coqs, puis finalement voyant que ses pleurs n’avaient pas d’effet sur moi, il s’est jeté dans mes bras, je l’ai bercé, il s’est endormi. À son réveil il m’a fait le reproche de l’avoir laissé pleuré, je lui ai répondu : « Les bébés pleurent tout le temps parce qu’ils ne peuvent pas parler, les petits garçons parlent, si tu as un souci, parle, maman ne comprends pas le langage des pleurs. » Votre enfant doit comprendre qu’il grandit et qu’il peut communiquer avec vous avec des mots.

A lire pour vous assister dans ces moments d’intense stress, « Petits caprices et grosses colères, gérer les crises de son enfant » de Didier Pleux  Petites caprices et grosses coleres

5. Lâchez du lest, il ne va pas se casser.

Comment je sais ça? J’ai donné le bain à un bébé d’1kg900, il ne s’est pas cassé alors que je le redoutais! Ce que j’essaye de dire c’est que nous inquiétons un peu trop de nos gamins et ils en profitent pour nous manipuler. Les enfants sont les plus grands psychologues de la terre, ils essayent plusieurs techniques jusqu’à découvrir votre point faible, une fois fait, ils joueront dessus jusqu’à votre épuisement! Laissez-les grandir, tomber, faire des erreurs, faire leurs propres expériences de la vie, c’est comme cela qu’on grandit. Ne soyez pas tout le temps derrière leur dos, ils vont bien, ils peuvent se passer de vous, vous n’êtes pas le centre de leur monde.

 

2 Comments

  1. Dorian

    Bonjour Tatiana,

    Ravi de voir que l’on peut commenter tes articles, j’en avais lu d’excellents sans pouvoir t’en parler !
    J’aime beaucoup cette philosophie. Les enfants sont de vrais leviers pour notre développement personnel !
    Une amie m’a dit récemment que lorsque ses enfants s’énervaient ou pleuraient, elle leur parlait très calmement en leur demander de la regarder dans les yeux. Ferme, tendre et compréhension sont 3 attitudes à adopter, de mon point de vue.

    Bien amicalement,
    Dorian

    1. Tatiana

      Coucou Dorian.
      Belle méthode, je suis complètement d’accord le regard échangé et une voix moins forte que la leur et pourtant plus ferme… et ça marche vraiment!
      Fermeté, tendresse et compréhension…
      Bien dit!

Les commentaires sont fermés.